Les serrures traditionnelles bambara

Elément en bois sculpté dans des essences spécifiques , ayant une histoire, à placer sur des ouvrants en bois pour sécuriser l’accès à un local (case ou grenier)

Information

← Revenir aux informations
ML Mali
Site internet Inconnue
Maturité

Mature

A propos du projet Éditer

Une serrure est constituée de deus pièces disposées en croix comprenant un élément vertical, le coffre, fixé à la porte à l’aide de deus fers et un élément horizontale, la traverse ou le pêne.
Le pêne est creux afin de permettre l'introduction de la clef. Il comporte dans sa partie supérieure, au contact avec le coffre:
- des petites cavités d'un diamètre de 6 à 8 mm dans lesquelles s'engagent, lors de la fermeture, des broches en fer;
- une plaque métallique qui assure une protection contre une usure rapide liée au fonctionnement de la serrure. La présence de cette plaque n'est toutefois pas systématique; en particulier certaines serrures réalisées en bois très dur n'en possèdent pas.
La traverse coulisse dans une cavité exécutée dans l'épaisseur du coffre. Pour fermer la porte, la traverse est poussée à la main et les broches appartenant au coffre tombent dans les cavités de la traverse qui est alors bloquée. Dans le même temps, l'extrémité gauche du pêne s'engage dans un trou pratiqué dans l'encadrement de la porte qui est ainsi fermée.
Le nombre de broches par serrure varie d'un à quatre. On compte en général deux broches sur les serrures anciennes tandis que les serrures les plus récentes n'en comportent souvent qu'une seule.
La clef, entièrement métallique (cas le plus fréquent)
ou en bois avec des dents en fer, est engagée à l'autre extrémité du pêne. Les dents de la clef, orientées vers le haut, repoussent les broches en prenant leur place dans les petites cavités du pêne. On peut alors, pour ouvrir, tirer horizontalement le pêne qui se dégage du dormant de la porte.
La porte s'ouvre en général vers l'intérieur du local. La serrure est fixée sur la partie gauche de la porte (très rarement à droite).

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Éditer

Le projet est singulier parce qu’il tient de l’art que l’on dira primitif, cette serrure étant la création de forgerons des ethnies bambara et dogon datant d’avant l’ère coloniale. L’aspect créatif réside dans la notion du traditionnel et la possession d’un système de fermeture locale, de sécurisation de l’habitacle (case) et de la nourriture (grenier).

Quelle est la plus-value sociale du projet ? Éditer

En plus de sa fonction dans l’habitat, les serrures traditionnelles ont une histoire sociétale liée au changement de statut (de la femme surtout d’où la valeur sentimentale qui leur est attribuée) ou d’origine « religieuse ».

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ? Éditer

Les serrures traditionnelles sont toujours d’usage dans les zones rurales, habitées par les ethnies bambara et dogon au Mali. Elles pourraient servir dans un objectif décoratif original, recherché notamment dans l'habitat traditionnel à destination touristique ou dans une vocation de collection.

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ? Éditer

Tenant de l’art ancien traditionnel et de faits sociaux.

Quel est le modèle économique de ce projet ? Éditer

Objet d’art, fabriqué dans l’environnement humain quotidien (par les forgerons normalement), les serrures traditionnelles doivent être d’accès facile et donc disponibles dès formulation de la demande.

Ce projet met-il en œuvre une forme d'intelligence collective et si oui, en quoi ? Éditer

Ce projet participe-t-il de la protection de l’environnement, et plus généralement, de la transition écologique ? Si oui, en quoi ? Éditer


Références

Communauté du projet

2 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.