Cartographier l'Afrique - Atelier Cartographie participative sur OSM et Carto Party

Atelier OpenStreetMap du mercredi 14 décembre 2011

Objectif, usages possibles des outils de géolocalisation :

  • Aider à la prise de décision
  • Permettre d'identifier les zones inondables

Qui cartographie ? Plusieurs types de professionnels utilisent la cartographie :

  • L'urbanisme. Se reperer dans la ville de Ouagadougou, avoir accès à des informations pratiques telles que le prix, les contacts, le lieu, le chemin… Exemple : Possibilité de voir qu'il y a un accès à l'eau. Comprendre que l'accès est possible, et même de savoir le prix de l'accès à l'eau.
  • L'environnement et les ressources naturelles. Ce sont les mêmes usages qu'en urbanisme : identification des zones à protéger, des zones agricoles
  • Le marketing 
  • Géolocalisation des personnes

Comment construire ensemble une carte participative :

  • Placer des répères et bâtiments pratiques comme les pharmacies, des restaurants, des fontaines d'eau, …
  • On indique le plus d'informations possibles notamment le nom, l'accessibilité ( place handicapé, parking, …), les horaires, les contacts, les tarifs si possible, …

Solutions en cartographie

Applications en ligne :

  • Cartoweb
  • OpenStreetMap
  • Google map

Application hors-ligne :

  • QuantumGIS
  • MapInfo
  • ArcGis
  • Gps map edit

Explication sur OpenStreetMap et sur comment rajouter ses données à écrire ici :

  • Support en ligne : Openstreetmap Wiki : http://wiki.openstreetmap.org/
  • Outil qui permet à partir de Openstreetmap d'imprimer la carte sur papier
  • Exemple de sites qui utilisent la base de données : wheelmap.org (Où aller en fauteuil roulant ?) 


La plupart des outils de géolocalisation fonctionnent avec internet, ce qui pose problème : il faut trouver des solutions qui n'utilisent pas internet :

  • Quantun GiS, exemple d'application de cartographie en local avec une possibilité de mettre à jour en ligne (Simon)

Le problème actuel avec GoogleMap est le manque de partage et les pertes de données (on ne peut pas avoir les données hors connexion)- Cas de Kinshasa (République Démocratique du Congo) : l’agence d’urbanisme utilise Google pour construire sa propre cartographie, mais Google n’est pas libre, consultable et donc pas vraiment utilisable.- Aujourd’hui 300 000 contributeurs sur OpenStreetMap dans le monde, accélération depuis 2008. - Possible de télécharger les cartes, les données et toutes les métadata, sur ordinateur et téléphone et donc possible de circuler avec plans hors ligne- Cas de Haïti lors du tremblement de terre. Il n’y avait pas de cartographie des villes et du pays. Les ONG présente ont contribué sur Open Street Map et on ainsi constitué la cartographie du pays, dans un format ouvert.

Autres ressources à compléter :

Explications sur les pratiques professionnelles de la cartographie à décrire ici.
Explications sur l'utilité des cartographies (aménagement de l'environnement, de la ville , … ) à écrire ici.
Réaliser une présentation des méthodes de cartographie
Quels sont les éléments essentiels à mettre sur une carte ?
Spécifier les différentes zones existantes ( habitats, industries, …) (Karine)
Processus et utilisation d'un GPS par Diango